Le Cercle de Mylady

La Domination, la soumission : Un Art de Vivre
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yves777



Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : Nord-Picardie
Date d'inscription : 24/08/2015

LA COUR
LA COUR:

MessageSujet: Re: Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?   Lun 6 Juin 2016 - 17:53

Bonjour jmw67 !

Comme tu dis que mon histoire de soumis t'intéresse, je la continue.


La situation était tellement excitante pour moi que je commençai immédiatement. La « respiration calme » sur les seins et la vulve de Lucie m'avaient mis dans un état second, j'étais littéralement prêt à tout pour que la séance continue. J'enlevai tour à tour mes chaussures, ma veste, ma cravate, ma chemise,mon singlet (c'est à dire maillot de corps pour les Français), mon pantalon, mes socquettes et  enfin mon slip. J'étais debout, nu comme un vers, selon l'ordre de Lucie, devant deux maitresses, dont l'une avec un grand M, Maîtresse... J'entends les deux femmes qui se parlent tout bas. Puis Lucie me dit : Nous allons prendre notre plaisir toutes les deux sur toi. Si tu rechignes à quoi que ce soit tu seras fouetté, tu expliqueras les marques à ta femme si tu le peux. Ne dis rien, obéis. Curieusement, elle éprouve le besoin de téléphoner à un certain Paul. Que signifie cela ?Je saurai quelque temps après que c'est le nom du soumis de Lucie. « Je suis chez Maggy, descends, apporte-nous les grosses menottes, le plug bleu et le tube de crème pour endormir. » Ces mots me font soudain prendre peur, et je sue à grosses gouttes du front, des aisselles, des aînes, de partout. Je supporterais certainement pas qu'un homme participe à notre séance. Je suis strictement hétérosexuel. Je préférerais partir sans avoir eu la jouissance que j'attends impatiemment, au point que malgré mes craintes je suis encore en érection. Mais peut-être veulent-elles justement me priver de jouissance après m'avoir bien excité ?Mais où sont mes vêtements ? Je fais quelques pas au hasard avec l'espoir de les trouver sous mes pieds.  Crétin que je suis, il me suffirait d'enlever ce bandeau de mes yeux. Craignant sans doute que l'état de panique où je suis visiblement me donne envie d'arrêter mon initiation de soumis, Lucie, devinant mes pensées, reprend à mon intention :  Il est trop tard pour reculer. Reste immobile. Ne retire pas ton bandeau. Tes vêtements sont rangés. Obéis !  Agenouille-toi devant Maggy, que tu as offensée, et demande-lui si elle te pardonne. Elle me prend par le bras  et me mène devant Maggy. Je m'agenouille et j'articule avec peine : Maggy, me pardonnes-tu ?  Instantanément Lucie hurle à mes oreilles : Tu perds la raison ! Répète : Maîtresse Maggy, pouvez-vous me pardonner ? Je répète :Maîtresse Maggy, pouvez-vous me pardonner ? Maggy, d'une voix bien assurée, ce qui me surprend, répond : Oui, esclave, au nom de notre ancienne amitié. Mais tu dois d'abord subir ta punition. Prosterne-toi devant moi . Voilà, c'est bien. Maintenant recule les genoux, creuse les reins pour bien mettre tes fesses en évidence. Attends sans bouger, et ne dis absolument rien !  Ma peur est extrême, je n'ai jamais eu aussi peur de toute mon existence. Mais on sonne à la porte, que va-t-il se passer ?  Je comprends tout de suite que c'est Paul qui arrive. Lucie lui dit : C'est lui. Tu lui endors d'abord le pénis puis tu lui poses le plug. Mais surtout ne le fais pas éjaculer !
Revenir en haut Aller en bas
Yves777



Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : Nord-Picardie
Date d'inscription : 24/08/2015

LA COUR
LA COUR:

MessageSujet: Re: Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?   Lun 6 Juin 2016 - 16:02

Bonjour jmw67,

Il est certain que si tu pouvais amener ta propre femme non seulement à accepter de te dominer, mais à y prendre plaisir, ce serait l'idéal. Mais le problème est double : d'abord il te sera probablement difficile d'aborder le sujet, par respect humain et peur de sa réaction ; tu peux penser qu'elle tombera des nues (ce qui n'est pas sûr du tout, les femmes sont souvent bien plus averties des choses du sexe que les hommes ne l'imaginent), et qu'elle risque de te prendre pour un dépravé, un obsédé sexuel, un anormal, que sais-je. Et ensuite ta femme peut avoir du goût pour l'amour conventionnel seulement, et ne pas apprécier du tout ce qui s'éloigne trop de la routine.

A toi de lui montrer sur des sites d'Internet que le goût de la soumission est extrêmement répandu chez les hommes, au point d'être considéré comme un goût parfaitement normal. Et que le goût de la domination existe chez toutes les femmes...

A toi aussi de l'exciter sexuellement mine de rien, comme par hasard, en lui montrant des films comportant des scènes érotiques assez explicites, d'abord courtes, puis de plus en plus longues. Ce n'est pas le choix qui manque sur le Net, mais pas de films porno, rien que de l'érotisme, les femmes ont horreur de la pornographie, mais, à moins d'être anormales, elles aiment l'érotisme, et je dirai même qu'elle l'aiment de plus en plus en prenant de l'âge. Une des meilleures maîtresses que j'ai eues avait 76 ans. Tu as bien lu. Et je te prie de croire qu'il ne fallait pas lui en promettre ! Quand tu constateras que  ta femme aime ça, passe progressivement aux films de domination, soft pour commencer, puis de domination comme tu aimes. Et en lui montrant que tu aimes la domination... Toutes les femmes ont des tendances dominatrices plus ou moins accusées, la tienne aussi très certainement, il n'y a aucune raison pour qu'elle soit une exception.
Sois câlin avec elle, serre-la souvent dans tes bras, montre-lui que tu l'aimes, petits bisous par-ci, petits bisous par-là...  Surprends-la par ton attitude très respectueuse et ton obéissance, c'est très important. Cela la mettra dans un climat propice. Et bien sûr fais-lui l'amour aussi souvent que possible, très tendrement (ne fais pas comme moi avec Maggy, il y a peu de chances qu'elle ait aussi une amie dominatrice qui puisse la conseiller et te dominer pour que tu rectifies le tir...), caresse-la comme elle aime, tu dois le savoir, ou demande-lui ce qu'elle aimerait... Et fais-le...
Revenir en haut Aller en bas
jmw67



Nombre de messages : 9
Age : 61
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/06/2016

LA COUR
LA COUR:

MessageSujet: Re: Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?   Sam 4 Juin 2016 - 16:12

Je t'en prie Yves777, continue, cela m'interesse.
Revenir en haut Aller en bas
Yves777



Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : Nord-Picardie
Date d'inscription : 24/08/2015

LA COUR
LA COUR:

MessageSujet: Re: Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?   Sam 4 Juin 2016 - 13:53

Je pense, jmw67, qu'il te faudra trouver une dominatrice dans ta région, ce ne sera pas difficile ! Après ton message il est probable que plusieurs te contacteront. Il y en a quelques-unes partout ! Pour ma part j'ai été soumis de cette façon, par une maîtresse que j'ai rencontrée tout à fait par hasard, je vais raconter comment. Cela n'aura qu'une utilité réduite pour ton problème particulier, mais je pense que certains et toi-même pourraient être intéressés. Si tu as des questions à me poser, n'hésite pas !

Ma première expérience de soumission s'est passée en Belgique, à Bruxelles, je m'en souviens parfaitement. Je devais avoir dans les vingt-six ou vingt-sept ans. On me disait assez beau garçon. Marié à une Belge, médecin, j'étais en cours d'études spécialisées de radiologie à Lille et j'avais pour maîtresse occasionnelle une autre jeune et jolie Belge, Maggy, amie intime de ma femme (elles sont toujours amies), dont le mari était devenu totalement impuissant et avait perdu toute sa libido à la suite d'une tumeur cérébrale. Il ne la caressait même plus... Elle habitait un bel appartement dans un arrondissement périphérique de Bruxelles, et je la voyais depuis deux ou trois ans en tant que « supplétif », chaque fois que l'occasion se présentait : pour mon travail je devais faire un saut à Bruxelles une ou deux fois par mois (je rapportais des matériaux médicaux radioactifs à courte durée de vie, que les Belges étaient, à l'époque, les seuls à fabriquer), et j'en profitais pour lui faire une petite visite de quelques heures... Le mari était au courant de mes rapports avec sa femme, il les approuvait et il avait le bon goût d'être toujours absent lors de mes visites. Ma femme était sans doute au courant également, j'en ai eu l'intuition plusieurs fois, sans jamais en avoir la certitude ; en tout cas elle fermait au moins les yeux... C'est dans l'appartement de cette maîtresse que j'ai été initié à la soumission.
Bien que belge je travaillais à temps plein dans le cadre de ma spécialisation dans un grand hôpital de Lille. Un jour, la veille des vacances d'automne si ma mémoire est bonne, une des laborantines du service, Nicole, a quitté son travail au même moment que moi, par le plus grand des hasards (du moins c'est ce que je pensais), et nous nous sommes rendus ensemble au parking de l'hôpital. En chemin elle me dit tout à coup :  Monsieur Jacobs (c'était encore l'usage que les hommes dans le personnel des hôpitaux soient appelés par leur nom de famille, et les femmes par leur prénom), que diriez-vous de devenir notre esclave sexuel ? J'ai souri à l'écoute de cette phrase tellement... improbable, mais en fait elle ne m'avait pas vraiment choqué, tout juste un peu surpris, simplement du fait nous étions seuls ; nous avions en effet l'habitude, les laborantines, les infirmières, les femmes de service et mes camarades étudiants, de conversations assez grivoises, et même parfois franchement érotiques quand la cheffe de labo n'était pas là, mais toujours à plusieurs, jamais à deux. J'ai simplement répondu, avec un large sourire : Notre esclave, c'est à dire le vôtre, celui de Christiane et de Monique ? Trois femmes à servir, tout un programme, sûrement pas à la portée du premier venu !  Nicole et ses deux amies avaient toutes les trois la trentaine, elles étaient célibataires, habitaient ensemble un grand appartement mais n'étaient nullement homosexuelles.  De belles femmes, et sans nul doute à la sexualité épanouie et exigeante.  –  Réfléchissez-y, me dit-elle avec le plus grand sérieux, vous allez être absent pendant quelques jours, vous me donnerez votre réponse à votre retour, et je vous expliquerai tout.  Et après un bisou imprévu, elle me quitta pour rejoindre sa voiture. De la façon dont les choses s'étaient passées, et du ton qu'elle avait employé, je  ne pouvais pas douter du caractère sérieux de la proposition, qui était manifestement aussi celle de ses amies.
Refuser fut ma réaction immédiate. J'avais une femme, une maîtresse, certes assez occasionnelle, mais tout de même une maîtresse, dans quel inextricable guêpier irais-je me fourrer en acceptant cette proposition, et qui plus est une proposition d'esclavage ? Pourquoi me créer des ennuis, qui ne manqueraient évidemment pas d'arriver avec cinq femmes ? Mais le hasard devait en décider autrement.
« Viens, j'ai besoin de toi. » C'est le petit message que Maggy avait laissé sur mon portable. J'étais allé la voir quinze jours plus tôt, cela n'étonnerait donc pas ma femme que je doive aller de nouveau à Bruxelles pour mon fameux travail radioactif. Comme je ne voulais en aucun cas risquer de la compromettre par un coup de téléphone qui tomberait mal, s'il y avait quelqu'un chez elle, je lui répondis :  – Demain, à l'heure habituelle.
Cela ne me posait aucun problème, puisque j'étais en vacances. Ma femme ne demandait jamais à m'accompagner, elle avait horreur de mes allers et retours express. Donc pas de problème de ce côté-là non plus. Je pars le lendemain en fin de matinée, comme d'habitude, et je sonne à la porte de Maggy un peu après l'heure du déjeuner. Elle ouvre avec un grand sourire, nous nous donnons la bise le plus naturellement possible, toujours par crainte d'un témoin visuel ou auditif, et me fait entrer dans son salon. Et là, oui, surprise, pour une fois, il y avait quelqu'un. Une grande et belle femme d'une quarantaine d'années, en corsage et jupe ample légère, cheveux châtains en chignon, allure très distinguée, il émane d'elle une grande autorité en même temps qu'une grande bienveillance. J'apprendrai par la suite qu'elle est prof de mathématiques, veuve depuis quelques années, et qu'elle  vit avec un « soumis »...
A mon arrivée elle fait mine de vouloir partir, mais Maggy l'en empêche, lui disant « Mais non, reste, Julie, ne t'en va pas, c'est Yves, dont je t'ai déjà parlé ». Elle nous présente : Yves, un ami ,  Julie, une amie. Nous nous serrons la main.  Enchanté, Enchantée . Elle me dit :  Ah, Yves, vous permettez que je vous appelle Yves ?, je suis heureuse de vous connaître, de mettre un visage sur votre nom. Vous avez de la chance d'avoir Maggy pour amie. Elle me parle souvent de vous, j'habite à l'étage au-dessus, nous nous voyons tous les jours. Et d'ailleurs j'ai quelque chose à vous dire.  Je ne sais ni quoi penser de ce ''j'ai quelque chose à vous dire'' ni quelle contenance prendre, dans l'ignorance totale de ce que Maggy a dit de moi à cette femme, que je connais depuis trois minutes à peine. Heureusement la cafetière, les tasses, le sucre et les speculoos que Maggy apporte sur un beau plateau d'argent décoré font diversion pendant quelques secondes, ce délai me permet de me composer un visage que je pense parfaitement neutre. Maggy nous invite à nous asseoir. Mais la belle Julie me dit : Yves, approchez, venez près de moi . Je suis assez surpris, mais, sous l'effet de je ne sais quel charme, et voyant que Maggy reste parfaitement impassible, comme si elle n'avait rien entendu, j'obéis, je m'approche d'elle. Le visage empreint maintenant d'une irrésistible autorité, elle me prend la tête entre ses mains et poursuit : Mettez votre visage dans mon décolleté. Elle ouvre les boutons de son chemisier. Je ne me pose aucune question, je fais ce qu'elle me dit.  ''Ne dites surtout rien, ne parlez pas, ne bougez pas, détendez-vous, respirez normalement.''  Le nez entre ses seins, je me sens rougir comme un gamin qui ne saurait plus où se mettre. A ce moment un foulard de soie est mis sur mes yeux et noué derrière ma tête, par Maggy qui s'était placée derrière moi sans que je m'en aperçoive. Je ne vois plus rien. Je ne manifeste apparemment aucune émotion. Et ne fais aucun mouvement. Julie le remarque et dit seulement : C'est bien, Yves, continuez à respirer normalement, restez quelques minutes sans bouger. Ne faites pas le moindre mouvement. Ne prenez pas la moindre  initiative.  J'obéis sans aucune hésitation. L'idée que je pourrais m'opposer à ces ordres ne m'effleure même pas, je suis entièrement sous sa coupe. Elle sent mon érection contre son ventre, j'en suis sûr, et c'est probablement ce dont elle voulait s'assurer. Puis elle me dit : Attention, Yves, c'est extrêmement important, continuez à m'obéir au doigt et à l'œil. Vous allez vous agenouiller face à moi, soulever ma jupe et mettre votre visage entre mes cuisses, tout en haut. Et pas le moindre mouvement, quoi qu'il arrive . J'obtempère. Mon nez est bientôt contre sa petite culotte. Julie entrouvre un peu les cuisses. Mon nez et ma bouche ne sont séparés de ses grandes lèvres que par une mince épaisseur de tissu. Je parviens à continuer de respirer calmement. Mon érection est à son comble. Elle poursuit : Reste immobile, continue à respirer calmement et écoute-moi bien.  Mais surtout ne dis rien, pas la moindre parole. Tu te souviens sans doute de la façon dont tu as mené ta rencontre avec Maggy il y a quinze jours. Tu as été tout à fait odieux, et  le mot est faible. Je n'ai jamais rencontré de goujat aussi goujat que toi .Maggy n'est pas ton esclave destinée à te donner simplement de la jouissance. L'avoir rapidement deshabillée et prise, sans te donner la peine du moindre préliminaire, sur ce tapis où tu es maintenant agenouillé est absolument intolérable. Elle en pleurait encore le lendemain, de rage et de chagrin mêlés, en me racontant tout. Non seulement elle n'a pas eu de plaisir, mais la brutalité de ta pénétration lui a fait mal pendant des heures. Cela mérite punition, je suppose que tu t'en rends compte ? Répète après moi : Oui Maîtresse, je m'en rends compte. Je répète : Oui, Maitresse, je m'en rends compte. – Plus fort ! – Oui Maîtresse, je m'en rends compte. –  Bien. Maintenant relève-toi, ne cherche pas à voir, n'enlève surtout pas ton bandeau et déshabille-toi. Tout nu ! Et tout de suite !

Je continuerai si tu es intéressé...
Merci de m'avoir lu. J'adresse mes salutations respectueuses aux Maîtresses.


Dernière édition par Yves777 le Lun 6 Juin 2016 - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jmw67



Nombre de messages : 9
Age : 61
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/06/2016

LA COUR
LA COUR:

MessageSujet: Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?   Jeu 2 Juin 2016 - 17:29

Bonjour Mylady.
Boujour à toutes les Maitresses, et notament celle qui me feront l'honneur de s'interesser au sujet que je vais soumettre au débat pour mon arrivée.
Bonjour à tous les soumis

Je suis totalement novice en soumission et je me demande comment débuter.
Pour l'instant j'ai des pulsions, des envies parfois floues et j'aimerai préciser mes envies et satisfaire ces pulsions.

Est il préférable d'essayer tout seul en tentant de convaincre mon épouse par exemple ? Bien que cela me semble compromis d'avance et voué à l'échec.
Dois je venir ici et essayer de progresser guidé par les conseils que les participants voudront me prodiguer ?
Faut il que j'essaye de devenir l'éléve d'une Maitresse tutrice qui essaierai de m'éduquer ? Si une Maitresse trouve mon éducation digne d'intérêt.
Faut il prendre conseil auprés de soumis ? avec l'accord de leurs Maitresses bien entendu.

C'est difficile d'être un novice et encore plus dans ce domaine.

Je suis dans l'attente des conseils que vous pourrez me donner.

Je remercie humblement toutes les Maitresses qui ont bien voulu lire l'exposé un peu confus du débat que je propose.
Merci également aux Soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?   Aujourd'hui à 7:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment un soumis doit il débuter dans la soumission ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment protéger du froid bébé dans le cosy?
» Comment conserver ce qu'il y a dans mon vapo'
» Comment bien attacher son enfant dans son siège
» Pourquoi ça n'a pas marché, et comment y remédier ?
» Qué calor ! Comment lutter contre la chaleur ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle de Mylady :: Actualité-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: